Make your mark in New York and you are a made man.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
James D. Ward
Membre



Messages : 36
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James   Mar 16 Déc - 17:19

Le problème avec les grandes universités, pas forcément prestigieuses mais vaste, en terme de superficie, était qu'il fallait un temps relativement long pour les traverser de part en part. Et là, le temps était vraiment long. Alors accompagné de Charlotte, je reconnus quelques visages que je venais de voir en cours. Ces visages nous regardaient, ou plutôt regardaient la petite blonde, d'un air peu sympathique. Je réalisai alors ce que pouvaient penser ces personnes. Charlotte et moi venions de passer un moment en tête à tête dans une pièce fermée. Il était évident que personne n'avait pensé à une simple discussion entre un professeur et une étudiante. Enfin, professeur... Un bien grand mot, je n'étais qu'un intervenant. Bref, cette traversée des couloirs devait être plutôt humiliante pour Charlotte. Je m'en voulais un peu de lui avoir infligé ça, inconsciemment, et me mordis la lèvre inférieure comme si cela pouvait dissoudre mes remords. Je la regardai du coin de l'œil, son regard à elle était fixé droit devant, comme si elle préférait ignorer tous ces gens. C'était peut-être la meilleure solution. Je décidai de la mimer et oubliai cette situation.

Une fois à l'extérieur, je ne pus m'empêcher de lâcher un soupir de soulagement. Mais ce n'était pas pour autant que nous nous immobilisâmes. Non, je voulais m'éloigner le plus vite possible de ce grand bâtiment. Les choses n'avaient visiblement pas changé depuis mon passage. L'apparence était toujours ce qui prévalait, la vérité étant reléguée au second plan. Triste constat. Je tournai la tête, fit la moue et brisai le silence qui s'était instauré depuis le moment où on avait quitté l'amphithéâtre. Je n'avais pas pensé aux répercussions qu'aurait notre petite entrevue... Tes camarades vont penser... qu'on couche ensemble et je ne pense pas qu'une mise au point soit la meilleure chose à faire au prochain cours. Je... désolé. Sans attendre de réponse, ni l'attendre elle, je me mis à marcher à nouveau, en direction de Central Park. Il n'y avait pas beaucoup de marche pour rejoindre le grand poumon vert de New-York. Sauf que je me rendis vite compte que j'avais oublier de préciser mes intentions. En me retournant, je vis Charlotte, toujours immobile qui me regardait mais qui n'avait rien dis. Ça tient toujours pour le café? Par chance la réponse de la demoiselle fut positive et nous nous retrouvâmes une quinzaine de minutes plus tard, assis dans un café proche de Central Park. Nous étions tous deux moins à l'aise, la traversée des couloirs avait mis une sorte de barrière entre nous. C'était peut-être la barrière qui n'aurait jamais du être levée finalement. Ce rapport hiérarchique qui aurait dû l'emporter sur ma façon de voir les choses.

Alors que nous avions commandé nos boissons, je ne pouvais m'empêcher de fixer la muette blonde. Je me demandais ce à quoi elle était en train de penser, si elle m'en voulait, si elle pensait à ma proposition, si elle était gênée de prendre un café avec moi. Plus expressive quelques minutes plus tôt, voilà qu'elle n'exprimait plus rien. Alors? Il y a des choses que tu veux savoir? Des points que tu voudrais éclaircir concernant ma proposition? dis-je, souriant pour tenter de la mettre à nouveau à l'aise.

_________________


Dernière édition par James D. Ward le Sam 14 Mar - 12:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte A. Bussby
Administrateur



Messages : 36
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James   Sam 21 Fév - 20:40

« LA TIMIDITÉ EST UNE FORME DE POLITESSE »
Charlotte A. Bussby
feat.
James D. Ward


 

 



 

 

 Δ  « Peindre, peindre. Toujours peindre. Encore peindre. Le mieux possible, le vide et le plein, le leger et le dense, le vivant et le souffle .» Zao Wou Ki

Sortir de l'université, et donc la traverser en premier fut le moment le plus long de toute la vie de Charlotte. Jamais elle ne s'était sentie aussi jugée en passant dans un couloir. D'ordinaire, les étudiants critiquaient un rouge à lèvres trop voyant, ou une jupe trop courte. En ce qui concernait les filles en tout cas, évidemment les garçons n'étaient pas jugés. Et oui, la société était belle et bien sexiste et machiste. Enfin là n'est pas le sujet. La jeune blonde endura ce moment qui lui parut interminable aussi bien qu'elle put. Une fois sortie, elle soupira à son tour et se laissa entraîner par la marche toujours rapide de son professeur. Quand il brisa le silence, elle tourna la tête vers James. Elle haussa les épaules, et préféra ne rien ajouter. Cela ne servait à rien de toute façon, il avait raison. Et puis, la dessinatrice espérait que la rumeur s'éteindrait quand elle aurait arrêté de fréquenter, même de façon amicale, James. Sans s'en rendre compte, elle s'était arrêté au milieu de la rue. Elle se précipita donc vers le brun quand il lui rappela qu'ils avaient convenus d'un café.

Après avoir choisi un cappucino dans un café très mignon, ils restèrent tous deux quelques minutes silencieux. Cela était des plus gênants, mais sûrement beaucoup plus pour James. Enfin ça, Charlotte n'en savait rien. Elle, elle ne faisait que penser. Au passage dans le couloir, ce que pouvait bien se dire les universitaires même si cela n'était pas très difficile à deviner. Aussi à la proposition de travailler qu'il lui avait faite. C'était surtout à cela qu'elle pensait. D'ailleurs, il aborda une nouvelle fois le sujet, ce qui la sortit de ses rêveries. Elle rougit et ne put d'abord dire qu'un maigre « Huuum ... » Bien sûr qu'elle avait des centaines de questions à poser. En quoi allait consister son travail ? Si elle acceptait, quand est-ce-qu'elle commençait ? Comment devait elle considérer ce boulot ? Où allait-elle travailler ? Seulement, la question qu'elle posa en fut une toute différente.

« Pourquoi moi ? Vous ne me connaissez pas après tout. Il y a des centaines d'autres talents dans cette école, je comprends pas. »
© Gasmask



_________________
ce rêve bleu.
Je vais ouvrir tes yeux, aux délices et aux merveilles de ce voyage en plein ciel. Au pays du rêve bleu. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James D. Ward
Membre



Messages : 36
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James   Sam 14 Mar - 12:30

Le même serveur qui avait pris nos commandes quelques minutes plus tôt fit son retour près de notre table pour déposer nos deux tasses devant nous. Un cappuccino pour Charlotte et un latte pour moi. La jeune femme semblait pensive et j'attendais sa réponse ou ses questions avec impatience. Les yeux rivés sur elle, j'agitais ma cuillère en rond dans la tasse fumante en évitant de toucher les bords pour ne pas provoquer de bruit désagréable. A vrai dire, je m'attendais aussi à des insultes ou au moins des reproches. Pas que ça allait forcément arriver mais je m'y préparais. Charlotte avait fait preuve de franchise et de courage, elle n'était visiblement pas du genre à avoir sa langue dans sa poche. Elle avait passé un sale moment par ma faute et il serait normal qu'elle me mette la responsabilité sur le dos. J'espérais juste qu'elle ne me jette pas son cappuccino bouillant au visage. D'une part parce que ça serait extrêmement douloureux et d'autre part parce que je ne savais pas enlever les tâches de ce genre sur mes vêtements. Les traits de mon visage, et surtout de ma bouche, s'étirèrent lorsque la blonde parla. Ce n'était pas des reproches par chance! C'était une nouvelle preuve de son manque d'assurance et de confiance en elle. Pourquoi elle? Bonne question en fait. Souriant, je pris le temps d'imposer un nouveau silence en sirotant mon latte. Il n'y avait pas vraiment d'explication. C'était un feeling. Pourquoi toi? Te répondre "Pourquoi pas?" serait à la fois un peu facile et ne t'aiderait pas à mieux comprendre mon choix. Il y a beaucoup de talents dans cette école, tu as raison, mais combien se démarquent réellement des autres, hein? Très peu et je pense que tu fais partie de cette minorité. Le fait que tu sois venu avec du papier et pas un ordinateur ou une tablette. Ça n'est pas anodin! En fait, plus que te demander de bosser pour moi, c'est moi qui aimerais travailler avec toi. J'élargissais mon sourire pour tenter d'afficher un air réconfortant, rassurant, un air qui ferait qu'elle se dise "OK, ce mec n'est pas fou." Nouvelle gorgée de latte, je continuais de contempler Charlotte pour déceler toute expression explicite mais elle baissa vite la tête vers sa tasse. Mon sourire s'effaça alors. Ça s'annonçait mal. Un étudiant lambda aurait sauté sur l'occasion de pouvoir travailler dans son domaine et d'en gagner de l'argent. Pas elle. Ça semblait la faire chier. Vraiment particulière cette Charlotte.

Je relevais sa tête du bout de l'index et lui désignais un autre client du café dans le coin de la pièce. Tu le vois lui là bas? Sors une feuille et un crayon, je vais te demander de faire un dessin maintenant. En respectant sa posture, tu dois le dessiner dans sa version animale, l'animal auquel il te fait penser. Mon sourire était un peu provocateur maintenant. J'abusais de ma position de prof pour lui donner du travail à faire à ma guise. Je comprenais les profs qui prenaient la grosse tête. Bien que donner des cours ne me semblait pas être l'activité la plus passionnante dans toute une vie, avoir cette position de pouvoir procurait un certain plaisir. Oh et ça fera peut-être partie de ta moyenne, je ne sais pas encore. L'abus était total et je ne savais pas vraiment si j'étais dans mon droit de la noter là dessus alors que je n'allais pas noter les autres sur un travail similaire. Je voyais très bien la direction de l'université m'engueuler pour plusieurs motifs différents: relation privée avec une étudiante, organisation d'un contrôle hors de l'établissement et à une seule personne, favoritisme, etcetera, etcetera. Pour piquer son ego, je terminai ma consigne d'une dernière provocation. A moins que tu ais une imagination très limitée.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte A. Bussby
Administrateur



Messages : 36
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James   Ven 27 Mar - 21:02

« LA TIMIDITÉ EST UNE FORME DE POLITESSE »
Charlotte A. Bussby
feat.
James D. Ward


 

 



 

 

 Δ  « Peindre, peindre. Toujours peindre. Encore peindre. Le mieux possible, le vide et le plein, le leger et le dense, le vivant et le souffle .» Zao Wou Ki

La jeune blonde ne savait que penser de ce professeur. Non pas qu'elle le trouve bizarre. Mais elle ne comprenait toujours pas pourquoi il l'avait choisi. D'après lui, c'était puisqu'elle était venue avec du papier et non une tablette, enfin en partie évidemment, cela ne faisait pas tout. De plus, il essaya de la complimenter en inversant les rôles, c'était lui qui voulait travailler avec elle. Cela ressemblait alors à une collaboration plutôt qu'à une offre d'emploi. Charlotte ne préféra pas répondre. Elle baissa immédiatement la tête après ces explications, plongeant le regard dans la mousse de son cappuccino. Au sens figuré du terme, bien sûr.

Ensuite, quelques instants de silence gênant s'installèrent, où l'étudiante se demandait s'il ne valait pas mieux quitter ce café pour se précipiter vers l'université pour demander à changer de cours, puis vers un opticien pour acheter des lunettes de soleil afin qu'il ne la reconnaisse plus. Monsieur Ward posa son doigt sous son menton pour que son regard quitte sa tasse de caféine. Elle eut un mouvement de recul, ce professeur lui avait fait subir la pire traversée d'un couloir de sa vie, et de plus il osait la touchait. Si un élève venait à s'arrêter par hasard dans ce café, Charlotte ne pourrait que rester chez elle pour le reste de ses jours. Pourtant, elle écouta ses demandes, qui devenaient abusives au fur et à mesure qu'il parlait. La notation, ensuite la pique. Elle répliqua, avec un air de défi, et plus d'assurance que depuis qu'ils étaient arrivés ici.

« Vous n'avez pas le droit de me noter là dessus. Et vous le savez. En plus, on vous demandera où j'ai fait cet exercice, et surtout pourquoi je suis la seule à l'avoir fait. Et répondre que c'est ici, sera très mauvais pour votre travail et votre réputation. »

Cependant, elle prit son sac sur ses genoux, et en sortit son calepin de taille A4. La blonde poussa sa tasse à peine entamée plus loin, pour avoir plus de place. Heureusement pour elle, la table était très grande. Elle regarda l'homme qu'il lui avait désigné un petit moment avant. Il avait l'air triste. Cet homme accoudé au bar avait tout simplement l'air morose. Mais Charlotte sentait qu'il y avait une petite partie de lui qui ne puait pas que le désespoir. La poigne qu'il avait sur son verre de whisky glace le prouvait en partie. Elle prit alors une page vierge et un crayon à papier. Et elle commença à esquisser quelque chose, très concentrée. Son idée étant fixe, elle pouvait parler en même temps, sans crainte que son idée soit perturbée par un avis extérieur.

« Et vous ? Que pensez vous de cet homme ? Comment vous pourriez le dessiner ? »

Après une dizaine de minutes, où elle avait changé deux fois de crayon, beaucoup gommé, et remplit sa page de noir, elle releva la tête. Finalement, elle avait recrée au mieux et le plus rapidement possible le décor de la salle, et l'homme qu'elle devait représenter avait maintenant un corps de rat. Sa main autour du verre était celle d'un lion, et il avait aussi une crinière sur sa tête de rongeur. En s'éloignant de son dessin, elle n'était pas totalement satisfaite de son idée, ni de son dessin. Pourtant, elle donna son calepin à son professeur. Sans un mot de plus.
© Gasmask



_________________
ce rêve bleu.
Je vais ouvrir tes yeux, aux délices et aux merveilles de ce voyage en plein ciel. Au pays du rêve bleu. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
James D. Ward
Membre



Messages : 36
Date d'inscription : 23/09/2014

MessageSujet: Re: « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James   Jeu 23 Avr - 17:57

Ma satisfaction ne fut que plus grande lorsque Charlotte riposta en me sermonnant vivement. Pire, elle me remettait carrément à ma place! Et le mieux dans tout ça, c'était que ces mots étaient vrais. Je ne pouvais pas la noter sur ce travail et si je le faisais, on me demanderait des explications qui me mettraient dans une situation délicate. En fait, ça ne mettrait pas que moi dans une situation délicate. Charlotte aussi serait clairement embêtée. Les autres étudiants pensaient déjà qu'il s'était passé quelque chose entre elle et moi en plein amphithéâtre; s'il apprenaient qu'on en était même à prendre le café ensemble, ça jaserait. Bien joué, Charlotte était parvenu à me déstabiliser au point de me mettre mal à l'aise avec ce qui était en train de se passer. Ce fut donc tout naturellement que mon sourire laissa place à une grimace embarrassée, ou plutôt, un dégoût de moi même. Je regardai l'étudiante blonde dans les yeux. Son regard transpirait encore la colère et moi, de mon côté, j'en étais à me poser des questions totalement absurdes. En effet, elle paraissait si jeune que je me demandais si au moins elle était majeure. Question stupide, nous n'avions pas couché ensemble, je ne prenais pas de risque... à moins que ses parents l'apprennent et portent plainte contre moi. Possible, mais un peu extrême tout de même. Vu le mouvement de recul qu'elle avait eu quand je l'avais touchée, il était probable qu'elle raconte cet épisode à ses parents et, qu'ils soient loin ou non, ils ne se gêneraient a priori pas pour me faire savoir leur mécontentement.

Alors que j'allais terminer mon latte d'une traite pour me lever d'un bond et quitter le café après avoir réglé l'addition, Charlotte sorti son carnet à dessins. La Peur et son amie la Panique me quittèrent et le Soulagement vint me rejoindre. Elle allait s'exécuter, l'espoir était donc toujours possible! La petite tête blonde ne tarda pas à scruter la personne que je lui avais désigner, crayon en main et papier devant elle, pour ensuite commencer à noircir la feuille. Bien assis au fond de ma chaise, je regardais chacun de ses mouvements, sa technique, sa façon d'observer son modèle, tout était sujet à un examen minutieux de ma part. Tout, sauf le dessin en lui même. Je ne regardais pas ce qu'elle était en train de dessiner. L’Étonnement arriva à son tour lorsque Charlotte, franche, me demanda mon avis sur le même modèle. Je laissai échapper un rire avant de sortir un calepin bien plus petit ainsi qu'un crayon à papier. Le tableau était assez particulier et si j'avais été un spectateur extérieur, je l'aurais trouvé beau. Elle, minutieuse, en train de dessiner sur la table, moi, plus détaché de cet exercice, jambes croisés et calepin à la main pour esquisser ma version de cet homme maussade. Cet homme, aussi maussade qu'il puisse être, semblait avoir peur qu'on lui vole son verre, toute sa musculature était concentrée dans sa main. Mais sa caractéristique principale était quand même son manque évident de vivacité. Ses yeux ne dégageaient rien, le vide, le néant. Fort de ces constatations, mon dessin bâclé était celui d'un paresseux, habillé comme le modèle. Mou et sans intérêt particulier.

Au moment d'échanger nos dessins, je fut surpris de voir que Charlotte avait mixé deux animaux, ce qui traduisait nettement mieux que mon dessin, le personnage que nous avions sous les yeux. Rares sont les fois où je me sens vexé, là, je l'étais. Vexé de ne pas avoir pensé à cette idée pourtant simple. Vexé qu'une étudiante respecte mieux que moi une consigne, MA consigne! Mais au lieu d'être amer, je me contentai de sourire. Un petit sourire crispé. Bien vu le mélange entre le rat et la patte de lion! C'est tout à fait ça. Je me demandais ce qu'elle pensait de mon croquis qu'elle avait sous les yeux. J'avais maintenant honte de lui avoir soumis une telle réalisation bâclée. L'idée n'était pas géniale, j'aurais du soigner la réalisation. Je n'aurais pas pu mieux louper une occasion de faire pencher la balance en ma faveur. Je ne pouvais pas traîner, il fallait que je lui mette limite le couteau sous la gorge. Presser son interlocuteur aide souvent à obtenir le choix que l'on souhaite. Comme prévu, j'engloutis mon latte d'une traite et ramassa mes affaires. Bon, tu as accepté de faire ce petit exercice qui ne sera en effet pas noté. Je peux en conclure que tu acceptes une collaboration? me levant tout en posant cette question, les yeux plongés dans ceux de Charlotte.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Charlotte A. Bussby
Administrateur



Messages : 36
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James   Dim 10 Mai - 20:11

« LA TIMIDITÉ EST UNE FORME DE POLITESSE »
Charlotte A. Bussby
feat.
James D. Ward


 

 



 

 

 Δ  « Peindre, peindre. Toujours peindre. Encore peindre. Le mieux possible, le vide et le plein, le leger et le dense, le vivant et le souffle .» Zao Wou Ki

Le professeur qu'elle avait en face d'elle lui avait donné une consigne, qu'elle n'aurait pas dû respecter, après tout ils n'étaient plus dans l'enceinte de l'école, et ce Monsieur Ward devenait un individu au même niveau qu'elle, cependant, c'était plus qu'une consigne. C'était un réel défi qu'il lui avait lancé. Et apparemment, il avait accepté que Charlotte le défit à son tour. Puisque peu après que la blonde ait eut tous ses crayons en main et qu'elle lui ait posé la fameuse question, il avait lui même sorti son carnet. Le parfait tableau de deux artistes qui partagent leur passion. La blague! En ce moment, Charlotte ressentait plus cela comme une compétition, à qui sera le plus rapide et le plus à même de parfaitement représenter ce que cet homme était réellement.

Après quelques minutes de coups de crayons acharnés, tous les deux relevèrent la tête et examinèrent leurs dessins une dernière fois avant de le tendre vers l'autre dessinateur. La jeune étudiante était contente de son résultat, mais elle retira rapidement de son visage son petit sourire vainqueur, pour laisser place à une moue stupéfaite. Elle n'était pas tant séduite par l'idée, mais le talent de son professeur était indéniable. Elle regarda d'ailleurs à nouveau le modèle comme pour se rassurer que ce n'était pas un paresseux, qu'il y avait bien quelque chose en lui, et que donc toute son idée n'était pas aussi nulle qu'elle le pensait. La blonde finit ensuite sa tasse à son tour, en rendant son dessin à Mr Ward, et en récupérant le sien. Puis, ce dernier se leva, lui demandant si elle acceptait la collaboration, tout comme elle avait accepté le défi. L'étudiante haussa les sourcils, et se leva à son tour, pour tenter de ne pas être si inférieure que ça à son professeur.

« Comme moi, vous savez qu'une telle décision ne peut se prendre sur un coup de tête, alors laissez moi une semaine pour réfléchir à votre proposition. Et on se retrouve la semaine prochaine, au même endroit, à la même heure. Et de préférence, je préfère que nous ne venions pas ici ensemble, pour les rumeurs, tout ça, vous voyez ? »

La jeune fille avait employé son ton aimable pour mieux faire passer la pilule ne pas lui répondre de suite, comme il espérait. Le graphiste en face d'elle avait prit un malin plaisir à lui imposer une sorte de devoir, en lui faisant croire que tout cela serait noté, alors Charlotte estimait avoir le droit de le faire poireauter un peu.
© Gasmask



_________________
ce rêve bleu.
Je vais ouvrir tes yeux, aux délices et aux merveilles de ce voyage en plein ciel. Au pays du rêve bleu. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: « La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James   

Revenir en haut Aller en bas
 

« La timidité est une forme de politesse. » Charlotte & James

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» "La timidité est une forme de politesse."
» Le kidnapping comme nouvelle forme de déstabilisation
» LE DIX COUPS DU PRESIDENT ?POLITIQUE PAS ! FOND ,FORME ,STYLE PAS!
» Le blog : forme et fond ?
» une école pour apprendre la politesse...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The City That Never Sleeps :: New York City :: Manhattan :: Central Park-