Make your mark in New York and you are a made man.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Draw my mind [Xander&Charlotte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Charlotte A. Bussby
Administrateur



Messages : 36
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Draw my mind [Xander&Charlotte]   Sam 20 Sep - 22:06

DRAW MY MIND
Charlotte A. Bussby
feat.
Alexander of Addington


 

 



 

 

 Δ I don't want your love
Bang bang I'm gone
But I still need you now
The seeds are sown
Oh baby baby baby won't you crash into my arms

Charlotte, des écouteurs dans les oreilles, son tote bag avec une phrase française « Sois belle. » écrite dessus contenant uniquement son calepin de dessins, et une trousse avec quelques crayons à papier, des gras, des moins gras, des crayons de couleurs, du fusain, quelques feutres. Ce sont ses indispensables. Certaines personnes ne sortiraient jamais sans leur smartphone, elle, ce sont ses crayons qui la feraient trembler de manque. La voilà sortie dans une robe fleurie, avec des bottines et un long gilet, ses cheveux sont attachés négligemment. Elle prend les clés de son appartement et se rend dans la 5th Avenue. Là, elle est sûre que les rues seront bondées et qu'elle trouvera forcément des centaines de visages aux goûts de ses crayons, mais seulement une petite dizaine de personnes qui accepteront de prendre de leur précieux temps pour elle et ses croquis.

Arrivée sur place, elle s'adosse contre un mur et sort un crayon à papier, préférant d'abord dessiner le bâtiment qui se trouve en face d'elle. Celui là n'a rien d'extraordinaire, elle a en a des millions d'autres comme ça. D'ailleurs, elle vient souvent dans cette rue, et peut-être même a t-elle déjà dessiné ces fenêtres précisément. Malheureusement, sa mémoire défaillante et la montagne de cahiers et de feuilles volantes, qu'elle n'a jamais voulu regarder à nouveau dans son appartement ne lui permettent pas de s'en rappeler. Alors, elle esquisse. Essayant au mieux de respecter les moindres détails et fissures de l'immeuble qu'elle peut apercevoir malgré le flot de gens qui passent sans arrêt devant ses yeux. Après une heure passée devant cet édifice finalement laid, elle se glisse dans le flux d'américains (et pas que) pressés et dégourdit ses petites jambes vides de toutes traces de bronzage. Charlotte avait passé son été dans un bar à servir des étrangers en tongs et en lunettes de soleil, qui malheureusement n'avaient pas partagé avec elle leur teint halé et rayonnant. Et comble de malchance, ses jours de repos étaient marqués par une météo défavorable pour traîner en short et en tongs à son tour.

La petite blonde s'arrêta sur un banc, remarquant des dizaines de visages sublimes à la suite, n'ayant pas le temps de les arrêter. Quand soudain un jeune homme, habillé d'un tailleur, portant des lunettes de soleil, une démarche hautaine, sûr de lui passa devant elle. Il était milliardaire, et même un panneau lumineux n'aurait pas été plus voyant que sa montre, sa gourmette, ses boutons de manchettes faits d'or massif. Ni une ni deux, elle courut derrière lui, parce que malgré son costume sur mesure, il avait de grandes enjambées et arrivée à sa hauteur, elle lui adressa la parole le plus naturellement du monde, comme si elle le connaissait depuis toujours.

« -Salut ! Je m'appelle Charlotte, je pense que tu pourrais potentiellement être un modèle intéressant, t'as un peu de temps pour que je fasse un croquis de toi ? »

Elle n'avait pas peur de se faire remballer, au contraire, elle pensait plutôt qu'il allait gentiment prendre la pose. Mais les regards dédaigneux qu'elle pouvait apercevoir grâce à sa petite taille sous ses lunettes ne lui inspiraient finalement plus trop confiance. Malgré tout, elle continuait de trottiner à côté de lui, attendant une réponse.
© Gasmask



_________________
ce rêve bleu.
Je vais ouvrir tes yeux, aux délices et aux merveilles de ce voyage en plein ciel. Au pays du rêve bleu. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander of Addington
Fondateur



Messages : 41
Date d'inscription : 23/08/2014

MessageSujet: Re: Draw my mind [Xander&Charlotte]   Dim 21 Sep - 9:31

Draw my Mind
Charlotte & Xander

"Tout vrai regard est un désir."
Alfred de Musset


Le jeune homme réajusta le col de sa chemise, redressa son nœud papillon, passa sa main dans ses cheveux soigneusement tirés en arrière, ajuste ses lunettes de soleil au beau milieu de son appartement, et enfin fit un demi-sourire à son reflet avant de sortir. Comme toujours, il était en avance. Enormément en avance. Il aimait arriver à ses rendez-vous avec une demi-heure de retard au minimum, simplement pour voir des travailleurs en état d’urgence s’activer nerveusement. Rien de bien important aujourd’hui : une simple affaire de rachat éventuel d’une petite boite d’immobilier qui lui faisait l’ombre d’une concurrence. Ce serait bâclé en un rien de temps avec la sortie d’un gros chèque. Tout le monde finissait par céder quand il parlait argent. Il faut dire que son compte en banque était … Irrésistible.
La matinée s’annonçait donc des plus agréables : traverser deux rues pour atteindre l’agence immobilière déconcertement proche de chez lui, regarder des bon-à-rien paniquer à son entrée, puis rentrer chez lui et s’allonger au soleil au bord de la piscine sans rien faire en attendant qu’on lui serve à manger. Avec un peu de chance, il bronzerait un peu. Sa peau pâle s’amusait à le contrarier en refusant de prendre la moindre couleur au point qu’il semblait pauvre ! Franchement, peut-on être milliardaire et à la sortie de l’été ne pas avoir un teint parfaitement hâlé comme tout voyageur des Îles les plus paradisiaques ? Forcément, le fait qu’il soit resté à New York travailler ne l’avait pas aidé. Mais quelle idée aussi de partir pendant l’été ! Toutes les destinations sont prises d’assaut par des touristes bas de gamme, c’est l’enfer à l’état pur ! Mieux valait attendre des mois où les pauvres s’épuisaient à la tâche, c’était plus paisible.

Un large ascenseur de verre, qui lui offrait une vue attirante de sa ville d’immigration, lui fit descendre les 26 étages qui le séparait du sol. Une fois à terre, il s’avança à grandes enjambées jusqu’à la sortie de l’immeuble, dont la porte fut tenue par un portier dont les habits rappelaient vaguement une tenue de clown. Quel ingrat métier, parfaitement fait pour lui, songea-t-il intérieurement, en faisant attention à ignorer royalement le salarié en passant. Son chauffeur, qui se devait de passer sa journée dans la voiture luxueuse à attendre qu’une envie soudaine prenne à son employeur de sortir sauta de son siège et ouvrit à vive allure la portière passager pour qu’il puisse monter avec un sourire respectueux et un « Bonjour Monsieur Xander » de rigueur. Mais ce fameux monsieur Xander préféra l’ignorer également et passant devant la voiture, il continua à pied, laissant apparaître un vague rictus amusé en songeant au regard noir du chauffeur qui devait fusiller son dos.
Il marchait vite. Bien trop vite pour quelqu’un qui avait une bonne heure d’avance. Mais il était nécessaire de marcher vite, sinon les gens sauraient qu’il n’était pas pressé. C’était tellement banal de prendre son temps. Les gens importants étaient occupés, les gens importants marchaient vite. Il faisait de grandes enjambées sur le béton new-yorkais, sans prêter aucune attention à la foule de passants. Il n’y avait que lui qui l’intéressait, les autres il les méprisait. D’ailleurs, la majorité des gens s’écartaient pour le laisser passer. On laissait toujours la priorité aux personnes qui nous semblaient plus importantes que nous. Alors il marchait facilement sur le trottoir bondé, ignorant les quelques « Pardon » polis d’insupportables maladroits.

Quoi qu’il en dise, il ne pourra nier que la requête d’une jeune demoiselle qui se mit à le suivre l’étonna. Elle se présenta dans les formes, avant de lui demander s’il avait du temps pour le dessiner. Du temps ? Même s’il en avait, il avait vraiment une tête à avoir du temps ? Pff …
Il allait soupirer avec mépris en lui signalant qu’il avait, lui, quelque chose de plus concret que du dessin à faire mais se retint au dernier moment. Elle était pas mal, il fallait le reconnaître. Très jeune, blonde, bien foutue, beau visage, beaucoup de culot … Et en prime elle n’avait pas l’air bien futée, ça devrait être simple …

« Potentiellement ? Je ne suis même pas une source sûre ? »

Il s’arrêta en deux enjambées pour lui faire face, un léger sourire aux lèvres tout en glissant ses lunettes de soleil sur son front.

« Ne serions-nous pas mieux installés à une terrasse ? Si, sans aucun doute. »

Sans attendre de réponse, qu’il avait lui-même fourni, que ça lui plaise ou non, il lui fit signe de marcher à ses côtés jusqu’à une terrasse de café à proximité, coincée au beau milieu des hauts gratte-ciels, mais qui était suffisamment coûteuse pour promettre un peu de calme.

« Je t’offre quelque chose à boire ? »

En posant la question, il tira la chaise de sa future conquête, dont il devait l’avouer, il n’avait pas retenu le nom, pour l’inviter à s’asseoir avant de s’installer lui-même.

« Puis-je te demander de me rappeler ton nom ? »

Il apposa instinctivement son Iphone dernier cri sur la table à ses côtés. Un homme important surveille toujours son téléphone.
Code by Silver Lungs

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newyork.forumactif.fr
Charlotte A. Bussby
Administrateur



Messages : 36
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Draw my mind [Xander&Charlotte]   Lun 22 Sep - 15:10

DRAW MY MIND
Charlotte A. Bussby
feat.
Alexander of Addington


 

 



 

 

 Δ I don't want your love
Bang bang I'm gone
But I still need you now
The seeds are sown
Oh baby baby baby won't you crash into my arms

Devant tous les gens qui passaient devant elle, il y avait les gens qui se donnaient un air pressé alors qu’ils allaient seulement acheter une baguette de pain. D’autres, qui au contraire, avaient un air des plus décontractés, alors qu’ils devaient avoir un rendez-vous des plus importants. Et puis, il y avaient ceux qui étaient pile à l’heure, qui se pressaient, sans en faire trop mais qui de toute façon seraient à l’heure. Devinez dans quelle catégorie le milliardaire qu’avait abordé Charlotte se situait ? En réalité, c’était un peu une catégorie à part. Celle des riches, qui savaient pertinemment qu’ils avaient une heure de retard, voire plus pour les plus dédaigneux d’entre eux, mais qui ne se pressaient pas le moins du monde. D’ailleurs, le brun qu’elle voulait dessiner, l’invita à s’installer sur une terrasse  de café, puisque selon lui, ils seraient plus à l’aise. La petite blonde se laissa entraîner en répondant à sa première question, avec, comme à son habitude, une franchise qui pouvait en déconcerter plus d’un :

-Pas trop non, tu as l’air riche et méprisant.

Il mima un gentleman en lui tirant la chaise, puis s’installa à son tour. Elle lui commanda un chocolat chaud malgré le beau temps, comme s’il allait le dire au serveur qui ne devrait pas tarder à venir lui lécher les bottes, ou plutôt ses magnifiques chaussures en crocodile. Elle sortit son carnet de dessin, tandis qu’il lui demandait de lui rappeler son nom. Elle sortit d’abord ses crayons, faisant sûrement preuve d’insolence puis leva la tête vers lui.

-Charlotte. Et toi ?

Il déposa son smartphone sur la table, et s’il avait déposé un lingot d’or, la dessinatrice serait restée un même instant stoïque sur l’objet, puisque évidemment, ce genre de choses était absolument hors de sa portée. Le métier d’étudiante ne rapporte rien, pas plus que celui de serveuse à mi-temps qui paye uniquement son loyer et ses besoins quotidiens. Elle secoua la tête pour enlever l’once de jalousie qui se pointait dans son esprit. Puis, sans parler, sans prendre le temps de lui demander de se mettre dans telle ou telle position, elle prit un crayon, et esquissa les gros traits du personnage en face d’elle. Elle relevait parfois la tête vers lui, sans croiser son regard, ou alors pas moins d’une demi seconde. La jeune blonde ne remarqua même pas la tasse qui vint se poser devant elle. Elle leva la tête une nouvelle fois vers lui, mais cette fois-ci, nettement plus longtemps, pour capter les détails de son visage, qui malgré son air méprisant, n’était pas si mal.
© Gasmask



_________________
ce rêve bleu.
Je vais ouvrir tes yeux, aux délices et aux merveilles de ce voyage en plein ciel. Au pays du rêve bleu. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander of Addington
Fondateur



Messages : 41
Date d'inscription : 23/08/2014

MessageSujet: Re: Draw my mind [Xander&Charlotte]   Jeu 9 Oct - 20:53

Draw my Mind
Charlotte & Xander

"L'argent peut acheter un lit, mais pas le sommeil."
Anonyme


Depuis sa plus tendre enfance, il lui a semblé que la richesse et l'assurance dont il faisait preuve lui avait toujours valu le respect. Plus encore, il avait remarqué que les gens le considérait, à juste titre, comme supérieur. Ils devaient craindre qu'une quelconque colère divine s'abatte sur leur tête, ou que leur compte en banque s'effondre pendant que le sien grandit. Mais pas elle. Elle ne le craignait pas. Elle lui balança en pleine figure la vérité, et il s'avoua un bref instant à lui-même, qu'il du lutter pour ne rien laisser paraître de sa surprise à la demoiselle. Avec un sourire un petit peu moins assuré, il lui répliqua simplement, dérouté :

"Alors tâchons de ne pas uniquement nous fier à la première apparence ..."

Studieuse, la jeune femme s'arma rapidement de ses crayons et d'un carnet à dessin, semblant ignorer royalement sa question, ce qui commença à agacer son interlocuteur. Elle se prenait pour qui cette imbécile à le considérer comme un simple mortel ?
Heureusement pour elle, elle finit par répondre à la question, en lui révélant un banal prénom qu'il ne retiendrait sans doute pas.

"Tu peux m'appeler Xander."

Il ne donnait jamais son véritable prénom, il lui préférait son surnom. Et puis toutes les personnes importantes ont un pseudo n'est-ce pas ?
Sortir son portable était un réflexe professionnel qu'il appliqua naturellement. Un demi-sourire amusé étira ses lèvres devant la réaction de son interlocutrice, une pauvre envieuse, comme tous les autres. Sans quitter son regard, il lui balança l'air de rien :

"Mon entreprise reçoit régulièrement des portables comme celui-là, ils sont plutôt pratiques. Je t'en filerais un à l'occas ... Enfin si ça te tente."

Il avait appuyé sa dernière phrase d'un regard inquisiteur. La générosité est une notion très méconnue du jeune commercial, et tout geste de sa part se mérite. De bien des façons. Ou du moins par le biais de choses qui l'intéresse, c'est-à-dire l'argent et le sexe. Mais passons, pour le moment ...

Il resta immobile au mieux alors qu'elle le dessinait déjà, imaginant les traits de crayon noircir progressivement la page de son carnet qui lui serait dédié. Il se demanda si le regard fuyant était synonyme de timidité ou intimidation de sa part, ou simplement de concentration. Le dessin lui était une activité parfaitement étrangère, que pouvait-il en deviner au juste ?

Les commandes arrivèrent. Enfin. Un café pour lui, un chocolat chaud pour elle. Boisson bien enfantine, il faut le préciser. Tout comme le fait de perdre son temps à dessiner après tout.

"Tu passes beaucoup de temps à dessiner ?"

Il profita du moment où elle releva la tête pour le fixer plus en détails pour la questionner ainsi sur son loisir.

"Parce que franchement, ça sert à rien, non ? C'est une perte de temps."

Il avait lui-même élaboré une réponse à sa question. Pourquoi ? Car même si elle n'était pas d'accord, il se fichait éperdument de ses réplications. Tout ce qui ne rapporte pas d'argent est une perte de temps. Elle ne gagne pas d'argent avec ses dessins. Donc elle perd son temps.

"Ça ne t'arrive jamais de vendre certains de tes dessins ?"

Il doutait qu'elle ait la moindre ambition, mais tout de même ! Une vente ou deux lui permettrait d'acheter des chaussures décentes.
Code by Silver Lungs

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newyork.forumactif.fr
Charlotte A. Bussby
Administrateur



Messages : 36
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Draw my mind [Xander&Charlotte]   Sam 11 Oct - 15:24

DRAW MY MIND
Charlotte A. Bussby
feat.
Alexander of Addington


 

 



 

 

 Δ I don't want your love
Bang bang I'm gone
But I still need you now
The seeds are sown
Oh baby baby baby won't you crash into my arms

Son nom était donc Xander. Elle savait bien que ce n'était pas son prénom entier, mais elle ne réagit pas. Il se prenait pour un être supérieur à cause de tout l'argent qu'il étalait autour de lui, alors elle le laissait faire. À quoi bon se fâcher avec un inconnu aussi imbu de lui-même ? Et puis, il ne fallait pas le faire partir, il était un très bon modèle. Et il proposa de lui offrir un téléphone dernier cri comme le sien, alors autant être sympathique avec lui, n'est-ce-pas ?

- C'est gentil, mais je n'ai personne à contacter, alors ça ne sert pas à grand chose.

En vérité, elle avait ses parents à contacter, mais vu où ils étaient, cela coûtait très cher. En ce qui concernait ses relations plus proches de la Grosse Pomme, elle n'en avait pas. Il faut dire que Charlotte n'est pas très sociable de nature. Et ce n'était pas le fait de posséder un téléphone portable offert par un milliardaire de la ville qui allait lui donner des amis. De plus, le sourire qu'il lui avait fait montrait clairement qu'il ne désirait pas seulement lui procurer un portable. Il voulait plus. Et les gens comme lui n'avaient pas l'esprit très bien placé.

À mesure que le dessin prenait forme, et qu'une image de l'homme en face d'elle noircissait la feuille blanche, il parlait, « s'intéressant » à sa passion du dessin. Charlotte se retenait de soupirer devant l'incompréhension dont il faisait preuve. C'était insupportable à quel point le fait que quelque chose qui ne rapportait pas d'argent semblait inutile pour lui. Elle arrêta de griffonner le papier pendant un moment, préférant répondre à ses questions, comme si ça pouvait par miracle l'intéresser.

- Venant de quelqu'un d'aussi matérialiste que toi, ça ne m'étonne pas beaucoup que tu penses que l'art est une perte de temps. Ce n'en est pas une. Il y a des gens qui se font tatouer, d'autres qui vont chez le psy, ou encore certains pratiquent une activité physique pour évacuer. Moi, c'est le dessin. Tout ce que je ressens, je le mets sur papier. Et je ne vois pas l'utilité de le vendre étant donné que c'est un bout de ma vie. Alors même si je suis sûre que des gens s'arracheraient un dessin de toi, je ne préfère pas le vendre, j'imagine que tu en as besoin pour ton salon, ironique.

La dessinatrice avait rapidement cerné le personnage qu'il voulait faire passer. Il écrasait les gens pour se sentir supérieur. Alors, il fallait combattre le mal par le mal. Elle n'essayait pas de l'écraser, seulement de lui faire comprendre qu'il pouvait blesser, comme si elle était sa mère et que les paroles d'une minable dessinatrice de rue pouvait l'atteindre. Après lui avoir jeté un dernier regard peu amical, elle reprit son crayon, et continua à dessiner avec plus de rapidité pour quitter au plus vite cet insupportable riche.  
© Gasmask



_________________
ce rêve bleu.
Je vais ouvrir tes yeux, aux délices et aux merveilles de ce voyage en plein ciel. Au pays du rêve bleu. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alexander of Addington
Fondateur



Messages : 41
Date d'inscription : 23/08/2014

MessageSujet: Re: Draw my mind [Xander&Charlotte]   Sam 25 Oct - 9:50

Draw my Mind
Charlotte & Xander

"Le mépris est une pilule qu'on peut avaler mais qu'on ne peut mâcher."
Molière


Personne à contacter. Evidemment. Personne ne trainait avec les gens atypiques comme elle, qui demandait à n’importe qui dans la rue l’autorisation de le dessiner, comme quelqu’un de banal demanderait l’heure. Si, les gens atypiques trainent avec leurs semblables, mais ces gens-là sont trop extravagants pour passer un simple coup de téléphone à une amie. Et puis bon, pourquoi disserter ? Qu’elle ait des amis ou non, finalement il s’en fichait royalement. Et puis avec un peu de bon sens elle aurait pu l’accepter pour ensuite le revendre à prix d’or. Elle ne pensait donc jamais aux concepts comme le bénéfice, la rentabilité ou l’occasion ? Il faut croire que non, elle était tellement simple … D’esprit.

Il l’observa silencieusement quelques instants en buvant du bout des lèvres son café, avant de réaliser que cette situation était incroyablement ennuyeuse. Quelle perte de temps ... Elle n’espérait tout de même pas qu’il la regarde dessiner en silence, en s’extasiant comme un abruti devant son coup de crayon ? Elle était jolie, mais contempler des jolies filles, il pouvait le faire à volonté, lui voulait plus. Et du concret.
Alors il recommença à parler, ou plutôt à lui poser plein de questions en lui offrant sa vision de ce qu’elle appelle « art ». Elle prit la peine de poser son crayon pour lui répondre. Quel honneur elle lui faisait !
Sauf que sa réponse l’agaça profondément. Il voulait répliquer à tout, réussir à lui faire comprendre qu’elle était inexistante au point qu’elle éclaterait en sanglots. Oui, ça lui plairait ça qu’elle prenne enfin conscience que sa vie est un désastre.

«  Il n’y a que les gens qui ont une vie minable qui ont besoin d’une activité dérisoire pour tenter de donner du sens à leur vie de merde. Les autres sont très bien dans leur peau. Et finalement tu as raison de ne pas vendre tes dessins, personne ne voudrait des gribouillis d’une ado attardée. Si je le mets dans mon salon, ce sera au mieux pour allumer la cheminée. »

Sur ces dires, il se cala confortablement au fond de son siège, en sortant de son sac un paquet de cigarettes Gauloise. Il prit le temps de sortir un zippo pour l’allumer, en ne prêtant absolument aucune attention à la réaction de la demoiselle, qui avait recommencé à le dessiner après lui avoir jeté un regard mauvais.

« Il serait temps que tu ouvres les yeux et que tu te rendes compte qu’une gamine aussi minable que toi, même pas foutue de se fringuer correctement et de se trouver un travail au lieu de traîner dans la rue, devrait apprendre à se taire. »

Puis d’un ton dénué de toute sympathie, il lui posa une question qui n’en était pas une. Ou plutôt une question qui n’attendait aucune réponse qu’un silence appuyé.

« C’est bon, t’as fini de t’amuser, je peux retourner bosser ? »

Il réajusta son nœud papillon, attrapa sa mallette de travail et déposa sur la table un billet bien supérieur à la note. Puis il se leva, en lui jetant un regard froid.

« Tu garderas la monnaie, t’en as bien besoin. »

Et sur ce, il amorça son départ, ne lui prêtant plus aucune attention.
Code by Silver Lungs

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://newyork.forumactif.fr
Charlotte A. Bussby
Administrateur



Messages : 36
Date d'inscription : 24/08/2014

MessageSujet: Re: Draw my mind [Xander&Charlotte]   Dim 2 Nov - 17:44

DRAW MY MIND
Charlotte A. Bussby
feat.
Alexander of Addington


 

 



 

 

 Δ  Il a un côté sympathique, seulement on le voit toujours de face.
Pierre Dac et Francis Blanche

Son véritable visage commençait enfin à se dévoiler. Il était mauvais, tout simplement. Charlotte aurait voulu croire que du bon existait en chaque personne, mais là, elle était forcée d'accepter que lui était un véritable connard. Mais qu'est-ce-qu'il cherchait à lui faire en lui parlant comme ça ? Sûrement à se rendre supérieur à elle. Il avait été à peu près sympathique jusqu'ici, bien qu'un peu méprisant quand même, mais il avait fallu qu'elle se « révolte » quelques instants contre son avis pour qu'il se décide à devenir réellement méchant.

D'abord, la dessinatrice fut choquée de ce subit changement de comportement. Sa galanterie, ses sourires et sa politesse avait bien vite disparu. Il l'insulta même « d'ado attardée ». Les larmes commençaient à piquer le nez de Charlotte. Elle ne savait pas quoi rétorquer tellement son attitude était odieuse. Il s'installait au fond de son siège, sortant son paquet de cigarettes, au moment où elle relevait la tête vers lui. Qu'il s'allume une cigarette, un joint, ou qu'il s'injecte une dose d'héroïne, rien n'aurait pu la perturber plus que les phrases qu'il venait de prononcer. « vie minable », « personne ne voudrait des gribouillis d'une ado attardée », « pour allumer la cheminée », chaque mot revenait en boucle dans sa tête. Jamais personne ne lui avait parlé ainsi. Il continua à lui montrer tout sa cruauté, paya la note et s'en alla. Pendant tout son discours, où il n'avait fait que briser l'image amicale qu'il avait construite auprès de la blonde, cette dernière n'avait jamais su quoi faire, pleurer, répondre, rien, elle n'avait fait que subir ses paroles.

Elle rangea ses crayons et ses feuilles, laissa le gros billet au serveur en guise de pourboire, et essuya ses yeux larmoyants d'un revers de la main. Puis, elle prit la direction que ce Xander avait lui même prit, et elle le chercha dans la foule. Après l'avoir repéré, elle couru, bousculant quelques personnes au passage, et s'excusant rapidement aussitôt. Quand elle arriva à sa hauteur, elle lui prit le poignet, bien décidée à riposter à ses attaques. Charlotte n'était pas comme ça normalement, mais un élan d'adrénaline lui traversait le corps, et elle se lança :

- Qu'est-ce-que tu veux au juste ? Qu'est-ce-que tu attends de moi ? Pourquoi tu as accepté que je te dessine si c'est pour me mépriser comme ça ? Tu aurais parfaitement pu me renvoyer dans les roses dès le début. Alors vas-y, dis moi pourquoi tu as accepté ? C'était pas seulement pour me dire que ma vie était minable et que j'étais une ado attardée quand même ?

Les larmes lui piquaient encore les yeux, mais elle avait réussit à garder un ton assuré. Elle ne savait vraiment pas ce qui lui avait pris de le suivre, mais quelque chose en lui la poussait à ne pas s'arrêter là. Tout le monde devant lui devait normalement s'écraser, elle, elle avait eu un grain de folie. Un véritable grain de folie pour oser affronter à nouveau ce qui allait sûrement devenir son bourreau.   
© Gasmask



_________________
ce rêve bleu.
Je vais ouvrir tes yeux, aux délices et aux merveilles de ce voyage en plein ciel. Au pays du rêve bleu. @ ALASKA.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Draw my mind [Xander&Charlotte]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Draw my mind [Xander&Charlotte]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» Juliette Charlotte de Bourgogne ; Demandez votre sujet
» Seul sur la plage,pas vraiment{Délire Charlotte
» My draw(original comme titre XD)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The City That Never Sleeps :: New York City :: Manhattan :: 5th Avenue-